formation aide soignante

Devenir Aide-Soignante : le parcours du combattant

Aujourd’hui je voulais vous parler un peu de l’une des personnes qui m’est la plus chère au monde: ma fille Judith. Plus particulièrement, je voulais raconter un peu l’expérience qui est la sienne. Judith à en effet pas mal galéré pour exercer le métier qu’elle exerce aujourd’hui : Aide Soignante.

Beaucoup se posent des questions auxquels ils ne trouvent pas toutes les réponses sur les différents forums consacrés à ce sujet, alors j’espère pouvoir en aider quelques uns à s’y retrouver avec cet article

Changement de cap pour ma fille

Judith n’a jamais été attirée par les études et ne voulait pas aller jusqu’au BAC. Après la troisième, elle s’est donc dirigée vers un BEP Secrétariat puis un Bac Pro dans le même domaine. Tout allait bien jusqu’à ce qu’elle arrive dans le monde du travail. Les places de secrétaire se font rares. Elle a trouvé quelques remplacements mais jamais de CDI dans cette branche.

Elle a donc pris tout ce qu’elle trouvait : femme de ménage, vendeuse, caissière. Lors d’un remplacement de femme de ménage, elle a travaillé dans une maison de retraite et là ça été le déclic. Elle a beaucoup discuté avec les patients et le personnel médical et a décidé de changer de métier pour devenir aide-soignante !

Les aides financières pour devenir aide-soignante

C’est le sujet de préoccupation de tous ceux qui veulent devenir aide-soignant et donc de Judith. Elle n’avait pas les moyens de payer 3 à 4000 euros pour sa formation. Elle s’est donc renseignée sur les différents financements- j’ai notamment trouvé pas mal d’infos sur le guide du site Future Aide Soignante.

Il en existe plusieurs : aide financière du conseil régional, bourses, ARE ou ASP pour les personnes inscrites à Pôle Emploi. Elle a réussi à avoir des bourses du conseil général mais sachez que tous ne le font pas et que le montant est différent d’une région à l’autre.

aides-soignantes

La formation et les examens

L’école qui dispense la formation d’aide-soignant se nomme un IFAS. Judith n’ayant pas eu son Baccalauréat a dû passer l’épreuve d’admissibilité. Elle est constituée d’une partie de culture générale et une seconde partie sur la biologie humaine et des conversions mathématiques entre autres. Il faut absolument réussir cette épreuve pour espérer passer l’épreuve d’admission. Ma fille a heureusement réussie cette épreuve.

Vient ensuite l’épreuve d’admission que ma Judith redoutait tant. Il s’agit d’un examen oral composé d’un exposé sur un thème sanitaire et social et d’une discussion avec le jury sur vos connaissances et votre motivation. Ma fille redoutait particulièrement cette épreuve et elle s’est arrachée les cheveux en la préparant. Mais finalement, ça c’est à peu près bien passée et elle a eu la moyenne donc c’est le principal.

Une fois ces examens réussis, elle a attendu quelques semaines pour intégrer sa formation à l’IFAS. A partir de ce moment-là, dès le premier jour de sa formation, j’ai enfin senti Judith heureuse de faire un métier qu’elle aime. La formation dure 10 mois avec une formation théorique autour de 8 modules et des stages. Ce qu’elle préférait le plus sont bien sûrr les stages. Elle les a réalisés dans des endroits et services différents et elle en est toujours sortie avec le sourire. Pour les modules, il faut les valider donc ils ne sont pas à prendre à la légère. Ils peuvent se faire à l’oral, en pratique ou à l’écrit.

Beaucoup de personnes pensent que ce n’est pas compliqué de devenir aide-soignante. Ma fille pourrait vous dire que les idées reçues à ce sujet sont totalement fausses. Elle a passé des soirées et des week-ends entiers a travaillé, revoir ses cours, bosser ses modules. C’est loin d’être facile comme formation mais elle l’a réussie et je suis tellement fière d’elle !

Une fois sa formation validée, elle a fait durant un an son stage de titularisation dans un hôpital qui a été validé. Ensuite, elle a pris le temps de trouver l’emploi qui li correspondait le plus. C’est un luxe auquel elle n’était pas habituée. En effet, c’est un métier où les offres d’emploi ne manquent pas. Elle a fini par faire le choix de travailler dans un institut pour personnes âgées.

Cela fait maintenant 3 ans.

Conclusion

Devenir aide-soignante n’est pas facile et il faut passer de nombreuses étapes. Il faut aussi beaucoup travailler ses cours, s’adapter à chaque stage à des personnes et des pathologies différentes, se remettre en question et se donner à fond lors des examens mais je peux vous dire que ma fille ne regrette rien, même si le parcours était long et compliqué pour parvenir à être enfin aide-soignante !